Étiqueté : cimetière

0

Du diagnostic à la fouille des ensembles funéraires de Cergy, Serris et Bobigny

Comment évaluer la prédictibilité d’un diagnostic en contexte funéraire ? Les grands ensembles funéraires à avoir fait l’objet d’un diagnostic puis d’une fouille ne sont pas légion dans la région francilienne. Nous avons choisi d’illustrer notre propos à travers trois cas : l’église Saint-Christophe à Cergy-Village (Val-d’Oise), le cimetière du haut Moyen Âge de Serris/Les Ruelles (Seine-et-Marne) et le cimetière de La Tène moyenne de Bobigny/Hôpital Avicenne (Seine-Saint-Denis).

0

Le cimetière du Mouraut au Vernet

Le site se trouve sur la rive droite de l’Ariège dans un contexte de basse plaine. Le diagnostic a permis l’identification de 31 sépultures. L’ouverture d’une longue tranchée et de fenêtres a permis d’envisager la densité du cimetière avec un individu pour deux mètres carrés sur une surface sensible de 4 075 m2. Les bouleversements intégraux ou partiels de certaines tombes ramenaient un nombre de tombes à fouiller de 1 500 individus, dans l’hypothèse de plusieurs couches sépulcrales, et l’estimation la plus basse était de 600 individus. L’opération de fouille a révélé 316 tombes organisées « en rangées » successives sur une terrasse fluviatile émergente dans une zone marécageuse. Il semble qu’un chemin ait divisé la zone funéraire en deux parties. La partie occidentale est occupée du Ve s. jusqu’au VIIIe ou IXe s., la zone orientale n’étant lieu d’inhumation que durant la période carolingienne.

0

Le cimetière Saint-Michel de Toulouse

La construction de la ligne B du métro de Toulouse a nécessité plusieurs opérations d’archéologie préventive dont la future station « Palais de Justice ». Les prescriptions du SRA concernaient un cimetière médiéval et moderne avec une partie de l’église Saint-Michel, au voisinage de la voie narbonnaise antique. Aucun diagnostic n’a été effectué avant la fouille. L’église fut construite après 1331 dans le cimetière. En 1991, une fouille avait permis la mise au jour de plusieurs tombes sur la place Feuga. Deux autres interventions effectuées dans l’actuelle Cité judiciaire, en 1999 et 2002, ont également révélé plusieurs tombes médiévales. Les liens topographiques et chronologiques éventuels du cimetière avec ces zones sépulcrales suburbaines constituaient les principaux enjeux de cette opération.

0

La pertinence du diagnostic des ensembles funéraires des périodes historiques : Réflexions à partir d’exemples des régions Grand Ouest et Île-de-France

Alors que nous maîtrisons les temps de fouille et d’étude d’une sépulture individuelle, nous peinons à déterminer ceux relatifs à un ensemble funéraire. L’estimation du nombre de tombes conservées dans un site dépend de nombreux facteurs tels que la nature du site (urbain donc stratifié ou rural donc extensif), l’emprise des travaux archéologiques sur la partie funéraire (fouille intégrale ou ponctuelle), l’état de conservation du site (impact des perturbations postérieures à l’occupation funéraire). Le temps de fouille du gisement funéraire est subordonné à certaines contraintes telles que les conditions d’interventions (contraintes techniques du chantier), la saison d’exécution et certaines spécificités des structures archéologiques (profondeur des fosses…). Il revient au diagnostic d’établir la plus juste estimation du nombre de sépultures en présence.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search