Étiqueté : diagnostic archéologique

0

Regard croisé sur la citadelle de Belle-Île : archéologie, plans et textes

La citadelle de Belle-Île est un archétype de fortification littorale construit par l’État moderne, marquée par Vauban. Néanmoins, le maréchal intervient sur un site fortifié de longue date, résultat de la mise en défense progressive des frontières maritimes. On y observe notamment l’introduction du canon et du système bastionné

0

Le diagnostic du futur musée Le Panoptique – musée Rolin d’Autun : l’apport des archives dans la localisation des sondages et l’interprétation des vestiges

Le diagnostic du futur musée Le Panoptique – musée Rolin d’Autun, s’est déroulé en trois phases. En amont de la première phase, plusieurs journées ont été dévolues au récolement des archives et de la bibliographie disponible sur ce secteur de la ville.

0

Enquête bibliographique, étude documentaire et étude d’archives pour le diagnostic archéologique des bourgs et des villages actuels : développement des pratiques dans les départements de l’Indre, de l’Indre-et-Loire et du Loir-et-Cher

Par Philippe Chimier, Hélène Guillot, Isabelle Pichon, Émilie Trébuchet et Françoise Yvernault (poster)

0

La place des données bioarchéologiques dans les services régionaux de l’archéologie : constat et retours d’expérience

Depuis la « loi relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine » (LCAP) de 2016, l’environnement constitue une composante à part entière du champ de l’archéologie lorsque son étude renseigne sur le contexte archéologique. Il est du ressort des SRA de le prendre pleinement en compte dans le cadre de leurs prescriptions.

0

La fabrique de l’archéologie sur le bâti : le « pas de côté » qui renouvelle les monuments

Aujourd’hui, force est de constater que les opérations d’archéologie préventive sur le bâti ont donné naissance à une pratique nouvelle et globale, dont la pluridisciplinarité accompagne et enrichit la lecture sédimentaire des sites patrimoniaux. Si la richesse des connaissances issues des « archives du sous-sol » ne sont plus à démontrer, les apports des opérations archéologiques préventives sur le bâti demeurent encore méconnus pour diverses raisons que ce séminaire nous donne à débattre. Toutefois, la concomitance d’une exploration sédimentaire avec une étude de bâti permet de mettre en avant des données complémentaires, souvent tributaires l’une de l’autre…

0

Une relecture des élévations du château du Coudray-Salbart (Deux-Sèvres)

Le château du Coudray-Salbart, classé au titre des Monuments Historiques, est considéré comme l’un des châteaux remarquables du début du XIIIe siècle en France. La qualité de son architecture défensive et le contexte historique de sa création révèlent une construction royale Plantagenêt d’une très grande ampleur. Sa qualité de conservation, le fait qu’il ait été pratiquement abandonné depuis le XVe siècle, et jamais remanié ni modifié depuis le Moyen Age, en font un témoin archéologique d’un intérêt exceptionnel.

0

Des études d’archéologie du bâti dans les Antilles françaises

Cette communication présente un panel de plusieurs études archéologiques réalisées sur des sites bâtis des Antilles. Les expertises réalisées dans un cadre préventif, s’appuient suivant les cas sur une étude de l’intégralité du bâtiment ou sur des fenêtres de diagnostics. Elles portent sur des contextes très différents : urbain à Saint-Pierre en Martinique ; militaire à Saint-Barthélemy ; d’habitations coloniales en Guadeloupe et Martinique ; religieux à Mayotte. Les sites antillais s’inscrivent tous dans la période coloniale (XVII-XIXe siècles) alors que le site mahorais s’attache à une mosquée édifiée à partir au XIIe siècle.

0

Une opération d’archéologie préventive hors norme : le diagnostic archéologique du couvent des Prêcheurs d’Aix-en-Provence en 2018

Si l’archéologie du bâti est une discipline bien implantée à Aix-en-Provence depuis les années 1980, grâce notamment aux études fondatrices produites sur la cathédrale Saint-Sauveur, son développement au sein du service archéologique municipal est récent et lié à l’entrée de ce dernier dans le dispositif de l’archéologie préventive, qui a été assortie du recrutement, en 2007, d’une archéologue paléographe médiéviste, spécialisée dans le bâti, et d’un topographe. Après un rapide panorama de la discipline à Aix, essentiellement pratiquée depuis 2007 dans le cadre d’opérations d’archéologie préventive, nous proposons de nous arrêter sur un diagnostic conduit en 2018 sur l’ancien couvent des Prêcheurs, alors objet d’un projet de réhabilitation…

0

Diagnostic sur le bâti : deux cas de figure méthodologiques

Dans le cadre d’un diagnostic prescrit sur le bâti, il peut être acté que ce dernier ne mènera pas à une fouille. Il s’agit de répondre à la prescription émise par le SRA avec des moyens de diagnostic, en sachant qu’une étude exhaustive ne sera pas réalisée. Des choix méthodologiques se présentent au responsable d’opération, tant sur le terrain qu’en post-fouille. Deux cas de figure : se cantonner au cadre strict du diagnostic en répondant à la prescription avec les moyens du diagnostic ; requérir des moyens supplémentaires (humains, techniques, financiers)…

0

Le diagnostic archéologique : instrument d’une politique du patrimoine ou de la recherche archéologique ?

La loi sur l’archéologie préventive de 2001 a instauré le « diagnostic archéologique » comme une pratique nécessaire (voire indispensable) dans le processus administratif déterminant la présence ou non de vestiges archéologiques et la prescription d’une fouille d’archéologie préventive. Or, avant d’être présent dans le code du patrimoine, le diagnostic archéologique avait déjà quelques décennies derrière lui et participait d’une recherche scientifique alors plus faiblement dotée.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search