Étiqueté : diagnostic archéologique

0

Le diagnostic et rien d’autre. Retour d’expérience à partir de quelques villes de Normandie

Cet article propose un retour d’expérience sur la difficile mise en œuvre de « l’archéologie en ville » à travers quelques exemples normands (Bayeux, Caen, Argentan, Alençon, etc.) où le diagnostic apparaît souvent comme le principal acte (et parfois le seul) nous renseignant sur les occupations passées et sur la dynamique de fabrication de la ville. Sont présentés, ci-après, des regards croisés sur des pratiques en évolution permanente et qui mêlent, en fonction des contextes et des projets à l’origine des prescriptions, une multitude de formes d’intervention (méthodes non-invasives, diagnostic urbain « classique », suivi de travaux, diagnostic du bâti, carottages, etc.). Au-delà de la définition des apports et des limites du diagnostic en milieu urbain, l’idée est de promouvoir une approche constructive auprès des différents acteurs de l’aménagement urbain (architectes, ingénieurs, élus, aménageurs).

0

Diagnostics des aires sauvages néolithiques et protohistoriques dans la moyenne vallée de la Vesle (Marne, Grand Est)

Régulièrement, dans le secteur de Reims et plus largement en Champagne, les opérations de diagnostics voient la mise au jour de fosses à profil en I-U-V-Y et W. Le postulat de départ, issu de travaux de synthèse récents, est que ces fosses sont des pièges de chasse, marquant une présence humaine ancienne (entre le début du Néolithique et la fin de l’âge du Bronze), dans des aires peu ou pas anthropisées, éloignées des habitats. A priori isolées si l’on reste sur des échelles réduites, ces fosses participent en réalité à des complexes qui souvent s’étendent sur plusieurs dizaines d’hectares, l’échelle du diagnostic archéologique étant de ce fait la plus apte à la compréhension de tels dispositifs.

0

Apports du diagnostic à l’étude des cimetières paroissiaux : trois exemples du département de l’Indre

Ces dernières années, la multiplication des interventions archéologiques au cœur des villages de la région Centre-Val de Loire offre l’occasion de renseigner l’histoire des petits centres paroissiaux. Ces opérations, classiquement décomposées en plusieurs sondages contraints distribués autour de l’église du village, permettent de documenter les aires funéraires médiévales et modernes. Elles apparaissent, par ailleurs, d’autant plus essentielles qu’elles constituent souvent la seule incursion archéologique dans ces espaces urbanisés.

0

La représentativité des données issues des diagnostics : un préalable à leur exploitation scientifique

La possible exploitation scientifique des données issue d’un diagnostic dépend entièrement de leur représentativité et des biais qui leur sont plus ou moins fortement associés. Aujourd’hui, cette représentativité est extrêmement mauvaise car, d’une part, les biais sont multiples et importants et, d’autre part, leurs impacts respectifs ne sont le plus souvent pas maîtrisés bien que leur existence soit avérée. Il est ici question des biais qui proviennent de la phase initiale des processus administratif et scientifique menant aux diagnostics.

0

Le diagnostic archéologique : un outil fondamental pour l’histoire d’un terroir. ZAC Ozans – Etrechet (Indre), 2009-2017

Le projet d’aménagement d’une ZAC de plusieurs centaines d’hectares dans l’agglomération de Châteauroux dans l’Indre a entrainé des investigations archéologiques de grande envergure. À ce jour 350 hectares ont été diagnostiqués, 5 fouilles réalisées, une quarantaine de sites ou indices de sites archéologiques repérés dont une dizaine fait l’objet d’une prescription de fouille. Au cours des huit premières années d’opérations, plusieurs démarches scientifiques ont été menées ou sont encore en cours. Articles, conférences, posters, ainsi qu’un mémoire de Master2, ont été réalisés. Au travers de ces nombreux travaux, l’analyse spatiale et diachronique des chercheurs s’appuient autant sur les données des fouilles que sur les résultats des diagnostics.

0

Le diagnostic comme outil de recherche : l’exemple d’Orléans

e diagnostic archéologique, en ce qu’il vise à la détection et à la caractérisation des sites, est en soi un acte scientifique. À Orléans, les premières opérations modernes d’archéologie préventive ont été menées à la fin des années 1970. Au fil des ans, et disons-le, le plus souvent parce qu’une grande part des diagnostics n’est pas suivie de fouille, le diagnostic archéologique a de plus en plus été considéré par les équipes orléanaises comme une opération qui devait bénéficier d’un montage qualitatif, et porteuse d’informations essentielles qu’il s’agissait d’exploiter pour trois raisons principales.

0

L’apport de l’analyse spatiale pour l’exploitation des données de diagnostic

Les surfaces concernées par les diagnostics archéologiques en tranchées mécaniques sont considérables et livrent des informations diachroniques sur l’occupation du sol. Mais l’exploitation des données qui en sont issues est souvent limitée au cadre des fouilles prescrites par la suite. L’étude des données archéologiques issues de diagnostics sur des grandes surfaces par des méthodes d’analyses spatiales est un moyen de dépasser le cadre réglementaire qui impose un découpage spatial du territoire étudié et du temps de la recherche dédié. Ce poster présente les résultats d’une étude menée à partir des données du diagnostic de la ZAC d’Ozans à Étrechet dans l’Indre (36). Il s’agit d’évaluer l’apport de l’analyse spatiale dans la lecture des résultats du diagnostic et la compréhension de l’occupation du sol du secteur couvert.

Occupations du sol en zone méditerranéenne, les apports du prisme lié aux diagnostics archéologiques. Quelques cas d’étude dans la plaine du Roussillon (Pyrénées-Orientales) 0

Occupations du sol en zone méditerranéenne, les apports du prisme lié aux diagnostics archéologiques. Quelques cas d’étude dans la plaine du Roussillon (Pyrénées-Orientales)

Par Jérôme Kotarba, Laurent Bruxelles et Céline Pallier Dans le département des Pyrénées-Orientales, des opérations de diagnostic menées sur de grandes surfaces apportent une vision contrastée aux schémas essentiellement construits à partir de prospections...

Le diagnostic dans le long processus de recherche archéologique. Quelques exemples en région Centre 0

Le diagnostic dans le long processus de recherche archéologique. Quelques exemples en région Centre

Par Matthieu Munos. Avec la collaboration de Philippe Gardère, Jérôme Livet, Isabelle Pichon, Sylvain Badey, Francesca di Napoli, Jean-Philippe Chimier, Nicolas Holzem, Nicolas Fouillet et Victorine Mataouchek. Le livre blanc de l’archéologie préventive rappelle...

L’apport des diagnostics de la LGV Est européenne dans le développement de problématiques paléo-environnementales et d’occupation du sol en Alsace 0

L’apport des diagnostics de la LGV Est européenne dans le développement de problématiques paléo-environnementales et d’occupation du sol en Alsace

Par Éric Boës, Damien Ertlen, Clément Féliu, Sylvain Griselin et Nathalie Schneider Les diagnostics archéologiques réalisés dans le cadre de grands linéaires sont l’occasion d’appréhender les formations superficielles sur des surfaces importantes, qui complètent...

0

Apports récents du diagnostic à l’archéologie de la Seconde Guerre mondiale : quelques exemples et réflexions pour la région Normandie

Depuis 2014 l’archéologie de la Seconde Guerre mondiale occupe une place de premier plan dans le paysage de la recherche historique française, tout spécialement en Normandie où de nombreux vestiges de guerre ont été mis au jour à l’occasion de récents diagnostics archéologiques. Dans le même temps, la DRAC Normandie a entrepris l’inventaire des vestiges du Mur de l’Atlantique. Toutefois, les prescriptions de fouille demeurent encore trop rares, en dépit du potentiel patrimonial, historique et anthropologique qu’offrent ces vestiges du conflit. C’est donc à l’élaboration de nouveaux questionnements et méthodes interdisciplinaires qu’il faut aujourd’hui réfléchir afin de développer l’étude de ces matériaux de recherche encore peu familiers aux archéologues, et d’en révéler la signification au regard de la longue histoire des comportements humains.

0

Le diagnostic du bâti civil dans Metz médiéval ou près de 40 ans pour une recherche inédite

Par Nathalie Nicolas et Ivan Ferraresso Si la sensibilité archéologique de l’architecture de la vieille ville de Metz s’est fait jour à l’occasion des grands chantiers de rénovation urbaine des années 1960/1970, ce n’est qu’au...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search