Étiqueté : église

0

Apports du diagnostic à l’étude des cimetières paroissiaux : trois exemples du département de l’Indre

Ces dernières années, la multiplication des interventions archéologiques au cœur des villages de la région Centre-Val de Loire offre l’occasion de renseigner l’histoire des petits centres paroissiaux. Ces opérations, classiquement décomposées en plusieurs sondages contraints distribués autour de l’église du village, permettent de documenter les aires funéraires médiévales et modernes. Elles apparaissent, par ailleurs, d’autant plus essentielles qu’elles constituent souvent la seule incursion archéologique dans ces espaces urbanisés.

0

Le cimetière Saint-Michel de Toulouse

La construction de la ligne B du métro de Toulouse a nécessité plusieurs opérations d’archéologie préventive dont la future station « Palais de Justice ». Les prescriptions du SRA concernaient un cimetière médiéval et moderne avec une partie de l’église Saint-Michel, au voisinage de la voie narbonnaise antique. Aucun diagnostic n’a été effectué avant la fouille. L’église fut construite après 1331 dans le cimetière. En 1991, une fouille avait permis la mise au jour de plusieurs tombes sur la place Feuga. Deux autres interventions effectuées dans l’actuelle Cité judiciaire, en 1999 et 2002, ont également révélé plusieurs tombes médiévales. Les liens topographiques et chronologiques éventuels du cimetière avec ces zones sépulcrales suburbaines constituaient les principaux enjeux de cette opération.

0

La pertinence du diagnostic des ensembles funéraires des périodes historiques : Réflexions à partir d’exemples des régions Grand Ouest et Île-de-France

Alors que nous maîtrisons les temps de fouille et d’étude d’une sépulture individuelle, nous peinons à déterminer ceux relatifs à un ensemble funéraire. L’estimation du nombre de tombes conservées dans un site dépend de nombreux facteurs tels que la nature du site (urbain donc stratifié ou rural donc extensif), l’emprise des travaux archéologiques sur la partie funéraire (fouille intégrale ou ponctuelle), l’état de conservation du site (impact des perturbations postérieures à l’occupation funéraire). Le temps de fouille du gisement funéraire est subordonné à certaines contraintes telles que les conditions d’interventions (contraintes techniques du chantier), la saison d’exécution et certaines spécificités des structures archéologiques (profondeur des fosses…). Il revient au diagnostic d’établir la plus juste estimation du nombre de sépultures en présence.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search