Étiqueté : lasergrammétrie

Les relevés laser-scanner (ou lasergrammétrie) sont comparables à des photographies en 3D de l’objet mesuré. Cette technique d’acquisition est appropriée pour confectionner un modèle numérique de terrain dans les différents domaines de relevés terrestres. Elle fait appel à des capteurs numériques motorisés ou scanners, qui vont permettre de relever des points en coordonnées X, Y et Z. Ses principaux atouts sont : sa rapidité d’exécution dans la saisie de points, sa relative facilité de mise en application, sa bonne précision relative sous couvert d’une calibration régulière du matériel. [d’après M. Maumont, In Situ]

0

Un espace urbain singulier : les abords de la cathédrale du Mans. Enjeux et méthodes

Cette présentation fait le bilan des multiples méthodes employées (photogrammétrie, lasergrammétrie, maquette numérique, anastylose…) pour garantir un enregistrement stratigraphique dans « les règles de l’art » et appréhender au mieux les questions volumétriques et les « emboîtements » stratigraphiques singuliers, présents dans un contexte fortement stratifié et monumental.

0

Aux dimensions de l’image dans l’étude des représentations gravées néolithiques

En voulant témoigner des gravures qu’ils apercevaient sur les rochers, les stèles et les parois des tombeaux néolithiques de l’Europe occidentale, les premiers archéologues en recherche d’une représentation tentent de restituer la morphologie des supports par le jeu de la lumière sur le relief de la pierre. Mais par une volonté compréhensible de clarifier les tracés en éliminant le détail naturel, la troisième dimension va progressivement se perdre jusqu’à atteindre, dans la seconde moitié du XXe siècle, la stricte figuration d’un objet plan, gravure autonome, signe décontextualisé.