Étiqueté : méthodologie

0

Le chantier de restauration du château de Villers-Cotterêts : méthodologie et place de l’étude de bâti dans un projet monumental

Depuis 2020, le château de Villers-Cotterêts dans son ensemble, soit près de 2,5 ha, fait l’objet de travaux par le Centre des Monuments Nationaux afin de créer une Cité Internationale de la Langue Française qui devrait ouvrir en 2022. Les opérations d’archéologie préventive se répartissent en fouilles en aire ouverte, suivis de travaux dans les intérieurs et étude de bâti au fur et à mesure de l’avancée des restaurations. Cette communication sera d’abord l’occasion de présenter la méthodologie adoptée afin de pouvoir travailler à une compréhension globale de l’ensemble des données issues du sous-sol jusqu’aux charpentes…

0

De la réception d’un projet jusqu’à la prescription des opérations d’archéologie du bâti : regards sur les pratiques de quelques services régionaux d’archéologie

Tout comme les opérations urbaines, les opérations d’archéologie du bâti sont marquées par la diversité des dossiers et la pluralité des intervenants. À cet égard, les services régionaux de l’archéologie ont un rôle pivot dans la collecte, la gestion et l’aboutissement des dossiers, à l’interface entre les différents acteurs et leurs enjeux. De cette première phase de collecte découle les réponses apportées par les services régionaux de l’archéologie. En effet, que le projet soit présenté très en amont par les Conservations Régionales des MH ou que le service soit consulté sur l’autorisation d’urbanisme grâce notamment aux zones de présomption de prescription, la gestion du dossier n’en sera pas la même…

0

Une opération d’archéologie préventive hors norme : le diagnostic archéologique du couvent des Prêcheurs d’Aix-en-Provence en 2018

Si l’archéologie du bâti est une discipline bien implantée à Aix-en-Provence depuis les années 1980, grâce notamment aux études fondatrices produites sur la cathédrale Saint-Sauveur, son développement au sein du service archéologique municipal est récent et lié à l’entrée de ce dernier dans le dispositif de l’archéologie préventive, qui a été assortie du recrutement, en 2007, d’une archéologue paléographe médiéviste, spécialisée dans le bâti, et d’un topographe. Après un rapide panorama de la discipline à Aix, essentiellement pratiquée depuis 2007 dans le cadre d’opérations d’archéologie préventive, nous proposons de nous arrêter sur un diagnostic conduit en 2018 sur l’ancien couvent des Prêcheurs, alors objet d’un projet de réhabilitation…

0

Diagnostic sur le bâti : deux cas de figure méthodologiques

Dans le cadre d’un diagnostic prescrit sur le bâti, il peut être acté que ce dernier ne mènera pas à une fouille. Il s’agit de répondre à la prescription émise par le SRA avec des moyens de diagnostic, en sachant qu’une étude exhaustive ne sera pas réalisée. Des choix méthodologiques se présentent au responsable d’opération, tant sur le terrain qu’en post-fouille. Deux cas de figure : se cantonner au cadre strict du diagnostic en répondant à la prescription avec les moyens du diagnostic ; requérir des moyens supplémentaires (humains, techniques, financiers)…

0

Archéogéographie et diagnostic archéologique : l’expérience de l’A83 dans le Sud-Vendée, « un retour vers le futur »

L’article revient sur les modalités de mise en œuvre des diagnostics réalisés dans les années 1990 en amont de la construction de l’A83 et sur l’intégration de ces données au sein d’une enquête archéogéographique conduite dix ans plus tard dans le cadre d’une thèse. L’objectif est d’expliquer ce que les données archéologiques préventives ont apporté à l’analyse archéogéographique et, inversement, ce que cette dernière apporte, rétrospectivement et depuis 2009 (date de la soutenance), aux évaluations et fouilles préventives réalisées dans la plaine sud-vendéenne. Cette articulation pose plusieurs problèmes qui, tous, ont un impact sur l’exploitation et la compréhension des données archéologiques ou archéogéographiques. Ces décalages et difficultés permettent de voir les limites de cette collaboration intellectuelle quand l’analyse archéogéographique n’est pas menée en amont des fouilles et, par extension, de plaider pour de nouvelles procédures. En effet, au-delà de ce cas particulier, le but de cet article est de pointer les différents problèmes qui limitent l’intégration d’une étude archéogéographique aux diagnostics et la valorisation des leurs résultats, mais aussi de proposer des solutions pour y remédier.

0

Pour une approche géoarchéologique systématique du diagnostic : exemple du territoire lorrain

Pour le géoarchéologue, la phase de diagnostic offre la possibilité d’étudier les sols et les sédiments dans toutes leurs dimensions sur une surface d’investigation souvent importante recoupant parfois plusieurs contextes pédo-sédimentaires. L’étude de l’organisation de ces séquences permet non seulement de révéler l’existence ou l’absence d’un site archéologique, mais également de mettre en évidence les interactions entre l’homme et son environnement à une échelle géographique plus large. L’approche géoarchéologique doit donc être impérativement considérée comme un prérequis au diagnostic et ce dès la phase préparatoire de l’opération. Cet article propose de montrer comment l’étude des sols et des sédiments apporte de nouvelles connaissances sur la mise en place des formations superficielles ainsi que sur les interactions hommes-milieux à partir de quelques exemples lorrains choisis.

0

De la truelle à la pelle mécanique, pour une utilisation raisonnée de l’outil. Approche méthodologique et scientifique des sites protohistoriques en milieu rural

Le recours à la mécanisation en milieu archéologique s’appuie sur différents critères qui souvent relèvent des habitudes individuelles de travail ou encore des aspects de pénibilité de la fouille dite manuelle des vestiges. Elle peut parfois faire l’objet de prises de positions idéologiques et partisanes entre « pro » et « anti », suivant l’angle de vue privilégié. La réalité est plus complexe et les problèmes de méthodologie de fouille des sites archéologiques doivent avant toute chose répondre à une question fondamentale : comment mieux fouiller les gisements ?

0

L’utilisation de la pelle mécanique en milieu équatorial et tropical. Une méthode de collecte des données et de développement de l’archéologie préventive dans les départements français des Amériques

Le milieu tropico-équatorial présente des spécificités environnementales qui nécessitent une adaptation des méthodes d’intervention en archéologie, l’archéologie préventive intervenant dans ce cas comme innovatrice et porteuse d’améliorations techniques et méthodologiques aboutissant à l’accroissement des données scientifiques. La mise en place par l’Inrap de décapages extensifs en milieu forestier depuis moins de 20 ans constitue une avancée majeure dans la reconnaissance des sites et dans leur exploration, tant en phase de diagnostic que de fouille. Les méthodes sont nouvelles et permettent tout à la fois d’avancer rapidement dans la fouille des sites et d’y associer de fait, depuis peu, les problématiques paléo‑environnementales.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search