Étiqueté : micromorphologie

0

Présentation de quelques structures atypiques en contexte humide : les exemples des sites de Waziers (59) « le Bas-Terroir » et Sains-en-Gohelle (62) « Avenue de la Fosse 13 »

Session 6 : Repérer et comprendre les structures archéologiques : les fosses / Detecting and understanding archaeological structures : pits Par Samuel Lacroix, Frédéric Simon et Carole Vissac (coll.) Résumé / Abstract Ces dernières années,...

0

Don’t ditch the ditches! Moats and ditches as geoarchaeological and archaeobotanical archives in northern Italian Bronze and Early Iron Ages

Par Cristiano Nicosia, Paolo Bellintani, Andrea Cardarelli, Michele Cupitò, Silvia D’Aquino, Marta Dal Corso, Wieke De Neef, Giorgio Piazzalunga, Federico Polisca, Paola Salzani, Vincenzo Tiné et Elena Zaffaina.

0

Lire le comblement pédosédimentaire des creusements. Apports de l’étude géoarchéologique des fosses néolithiques et protohistoriques du site du Clos de Roques à Saint-Maximin-la-Sainte-Baume (Var)

Par Maëlys Cizeron, Benoît Devillers, Mathieu Rué, Johanna Recchia-Quiniou et Alda Flambeaux.

0

L’architecture microscopique des sols construits, un lien oublié entre l’élévation et l’enfoui

Au sein du volume bâti, le sol est le support des activités humaines, la surface sur laquelle ont lieu les déplacements. Par ses modes de construction et d’entretien, le sol renvoie aux représentations sociales, aux techniques, aux ressources matérielles, aux systèmes d’activités. En France, la découverte de sols d’intérieur n’est pas rare pour les périodes gallo-romaine et moderne. Elle l’est beaucoup plus pour l’Âge du Fer et le début du Moyen Âge. Mais dans tous les cas, lorsqu’il ne s’agit pas de dallages ou de mosaïques, les protocoles d’analyse apparaissent peu opérationnels face à des stratifications dont l’épaisseur peut être inférieure au millimètre et l’extension spatiale très limitée…

1

De l’utilisation de la bioarchéologie pour la compréhension des architectures funéraires dans les sépultures médiévales

Quinze années de travaux menés en Champagne-Ardenne ont permis de révéler que, de façon récurrente, les squelettes retrouvés dans les tombes médiévales ne reposent pas sur le fond de la fosse mais sur une dizaine de centimètres de sédiment. Ces squelettes présentent généralement des indices de décomposition dans un contenant rigide parfois associé à une enveloppe souple.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search