Étiqueté : paléoenvironnement

0

Détecter et caractériser des paléochenaux à partir de sondages carottés, mécaniques et géotechniques. L’apport des recherches à Blois et à Chambord (Loir-et-Cher, France)

Par Amélie Laurent-Dehecq, Philippe Gardère, Eymeric Morin, Guillaume Hulin, Viviane Aubourg, Didier Josset et Simon Bryant.

0

Don’t ditch the ditches! Moats and ditches as geoarchaeological and archaeobotanical archives in northern Italian Bronze and Early Iron Ages

Par Cristiano Nicosia, Paolo Bellintani, Andrea Cardarelli, Michele Cupitò, Silvia D’Aquino, Marta Dal Corso, Wieke De Neef, Giorgio Piazzalunga, Federico Polisca, Paola Salzani, Vincenzo Tiné et Elena Zaffaina.

0

Évolution, occupation et exploitation d’une zone humide, approche paléoenvironnementale des marais du Grand-Plan et de la Besseye (Isère) entre l’âge du Fer et la fin de l’Antiquité

Par Vermot Lia, Berger Jean-François, Royet Robert, Royet Elvyre, Richard Hervé, Argant Jacqueline et Schaal Caroline.

0

Le projet collectif de recherche ChroTAll : « Chronostratigraphie pléistocène des terrasses alluviales entre Pyrénées et Massif Central (Occitanie, France). Implications paléoenvironnementales et archéologiques pour les sites paléolithiques »

Par Julienne Piana, Manon Beauvillier, Teddy Bos, Laurent Bruxelles, Blanche Bündgen, Didier Cailhol, Juliette Capdevielle, David Colonge, Justin Guibert, Marc Jarry, Fabienne Landou, Laure-Amélie Lelouvier, Céline Pallier, György Sipos et Justine Vincent.

1

Des mammouths sous l’autoroute. L’exploitation des données environnementales et leurs apports pour diagnostiquer et étudier les sites paléolithiques : l’exemple des fouilles du Contournement Ouest de Strasbourg (Bas-Rhin)

À l’occasion des diagnostics archéologiques menés préalablement au projet autoroutier du Contournement Ouest de Strasbourg, sept indices de site du Paléolithique moyen ont été identifiés, dont trois ont fait l’objet de fouilles. Les travaux menés sur les séquences lœssiques ont permis de reprendre le cadre de référence stratigraphique, chronologique et environnemental pour la Préhistoire locale.

0

Le diagnostic comme outil de recherche : l’expérience collective nîmoise

La pratique du diagnostic archéologique en région nîmoise, territoire limité et riche de vestiges, s’appuie sur le travail d’un large groupe de recherche qui développe des problématiques couvrant toutes les périodes chronologiques. Les nombreux diagnostics réalisés sur de petites surfaces ont fait de ce type d’intervention un outil important de la recherche ; les données récoltées servent de nombreuses thématiques comme la restitution paysagère, la topographie urbaine, la structuration foncière ou le mode d’occupation du sol. Cet article présente cette approche collective du diagnostic archéologique et son exploitation comme outil scientifique majeur.

1

Nouveau protocole de prélèvement et de préparation des macro‐charbons pour une généralisation des études anthraco‐chronologiques

Depuis le début des années 2000, plusieurs recherches se fondent sur les informations de morphologie des cernes (courbure, largeur, etc.) des charbons de bois retrouvés en contexte archéologique, afin de répondre à des questions liées aux durées d’occupation des sites, à l’interdatation des structures domestiques ou artisanales, à la gestion du combustible, etc. Toutefois, l’aspect chronologique reste peu ou non exploité dans les études anthracologiques.

0

L’apport des puits aux études bio‐archéologiques : quelques exemples bretons

La fouille récente d’une douzaine de puits antiques sur des opérations Inrap en Bretagne est l’occasion de faire un retour d’expérience sur l’apport de nouvelles approches méthodologiques. La qualité de conservation des restes bioarchéologiques, ainsi que l’amplitude stratigraphique, constituent des arguments de poids pour le développement de ce type de fouilles manuelles et sécurisées.

0

De l’intérêt d’aller au fond des puits : nouvelles méthodes et perspectives pour la bioarchéologie

Au-delà de la structure archéologique elle-même qui renseigne souvent l’origine de l’implantation, le puits forme un ensemble clos au sein duquel on retrouve des niveaux de fonctionnement directement liés à l’occupation du site, et des niveaux d’abandon. Il constitue un piège pour des apports tant anthropiques que naturels. La permanence potentielle de l’eau jusqu’à nos jours permet d’envisager une bonne conservation des matériaux organiques.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search