Étiqueté : paléoenvironnement

1

Des mammouths sous l’autoroute. L’exploitation des données environnementales et leurs apports pour diagnostiquer et étudier les sites paléolithiques : l’exemple des fouilles du Contournement Ouest de Strasbourg (Bas-Rhin)

Bien que l’Alsace soit connue pour son potentiel archéologique paléolithique depuis le XIXe siècle, ce n’est que récemment que la recherche en Préhistoire ancienne connaît un nouvel élan. À l’occasion des diagnostics archéologiques menés préalablement au projet autoroutier du Contournement Ouest de Strasbourg, des sondages profonds ont été réalisés. Sept indices de site du Paléolithique moyen ont été identifiés, dont trois ont fait l’objet de fouilles. Les travaux menés sur les séquences lœssiques observées sur ces sites ont permis de reprendre le cadre de référence stratigraphique, chronologique et environnemental pour la Préhistoire locale. Ces travaux sont fondés sur une approche pluridisciplinaire à haute résolution (géomorphologie, archéozoologie, malacologie, etc.) afin de restituer le cadre paléoenvironnemental des occupations et de mieux comprendre les interactions hommes/milieu.

0

Le diagnostic comme outil de recherche : l’expérience collective nîmoise

La pratique du diagnostic archéologique en région nîmoise, territoire limité et riche de vestiges, s’appuie sur le travail d’un large groupe de recherche qui développe des problématiques couvrant toutes les périodes chronologiques. Les nombreux diagnostics réalisés sur de petites surfaces ont fait de ce type d’intervention un outil important de la recherche ; les données récoltées servent de nombreuses thématiques comme la restitution paysagère, la topographie urbaine, la structuration foncière ou le mode d’occupation du sol. Cet article présente cette approche collective du diagnostic archéologique et son exploitation comme outil scientifique majeur.

1

Nouveau protocole de prélèvement et de préparation des macro‐charbons pour une généralisation des études anthraco‐chronologiques

Les développements méthodologiques en anthracologie permettent actuellement d’obtenir des spectres de fréquences de taxons représentatifs des environnements passés, moyennant des conditions précises d’échantillonnage et de tamisage. Pourtant, d’autres informations sont disponibles dans les charbons de bois, en particulier ceux de taille pluricentimétrique. Depuis le début des années 2000, plusieurs recherches se fondent sur les informations de morphologie des cernes (courbure, largeur, etc.) des charbons de bois retrouvés en contexte archéologique, afin de répondre à des questions liées aux durées d’occupation des sites, à l’interdatation des structures domestiques ou artisanales, à la gestion du combustible, etc. Toutefois, l’aspect chronologique reste peu ou non exploité dans les études anthracologiques.

0

L’apport des puits aux études bio‐archéologiques : quelques exemples bretons

La fouille récente d’une douzaine de puits antiques sur des opérations Inrap en Bretagne est l’occasion de faire un retour d’expérience sur l’apport de nouvelles approches méthodologiques. La qualité de conservation des restes bioarchéologiques, ainsi que l’amplitude stratigraphique, constituent des arguments de poids pour le développement de ce type de fouilles manuelles et sécurisées. Celles‐ci autorisent de nombreux prélèvements au sein de structures archéologiques souvent difficilement accessibles. Depuis 2016, l’Inrap a mis en place une « Cellule d’Intervention sur les Structures Archéologiques Profondes » (CISAP) dans la continuité d’une activité développée par l’Association ArchéoPuits.

0

De l’intérêt d’aller au fond des puits : nouvelles méthodes et perspectives pour la bioarchéologie

Le puits se distinguent au sein d’un site archéologique par son caractère particulièrement profond au regard des autres vestiges mis au jour à proximité. Au-delà de la structure archéologique elle-même qui renseigne souvent l’origine de l’implantation, il forme un ensemble clos au sein duquel on retrouve des niveaux de fonctionnement directement liés à l’occupation du site, et des niveaux d’abandon. Il constitue dans tous les cas un piège pour des apports tant anthropiques que naturels. La permanence potentielle de l’eau jusqu’à nos jours permet d’envisager une bonne conservation des matériaux organiques ce qui fait de ce type de structures un milieu privilégié pour la découverte de nombreux vestiges et en tout premier lieu les macro et micro-restes bioarchéologiques.

0

De l’intérêt de l’archéo-écologie en zone « naturelle » de basse plaine

L’histoire des sociétés passées doit être replacée dans un contexte global incluant l’environnement climatique et biologique. Cette démarche, qui fait appel à de nombreux spécialistes, est aujourd’hui adoptée par la majorité des équipes de recherche, notamment celles qui s’appliquent à reconstituer le couvert végétal dans lequel ces sociétés ont vécu et qu’elles ont en partie domestiqué. Parallèlement aux fouilles des sites archéologiques, une recherche en contexte « naturel », visant à étudier l’histoire de la végétation, reste aujourd’hui à développer par les carpologues.

0

L’utilisation de la pelle mécanique en milieu équatorial et tropical. Une méthode de collecte des données et de développement de l’archéologie préventive dans les départements français des Amériques

Le milieu tropico-équatorial présente des spécificités environnementales qui nécessitent une adaptation des méthodes d’intervention en archéologie, l’archéologie préventive intervenant dans ce cas comme innovatrice et porteuse d’améliorations techniques et méthodologiques aboutissant à l’accroissement des données scientifiques. La mise en place par l’Inrap de décapages extensifs en milieu forestier depuis moins de 20 ans constitue une avancée majeure dans la reconnaissance des sites et dans leur exploration, tant en phase de diagnostic que de fouille. Les méthodes sont nouvelles et permettent tout à la fois d’avancer rapidement dans la fouille des sites et d’y associer de fait, depuis peu, les problématiques paléo‑environnementales.

0

Le diagnostic des sites paléolithiques et mésolithiques : Introduction

Les recherches sur le Paléolithique et le Mésolithique en archéologie préventive semblent être en France mieux intégrées dans les études d’impacts d’aménagement du territoire que dans la plupart des pays européens. Le diagnostic des sites paléolithiques est d’une complexité à la fois scientifique et technique. Ce séminaire s’est donné pour objectif non seulement de présenter des études de cas mais aussi de proposer des méthodes et techniques, bases d’un travail de terrain permettant l’amélioration des possibilités de découvertes de sites paléolithiques et la meilleure appréciation possible de leur potentiel scientifique.

0

Le diagnostic des sites paléolithiques et mésolithiques : Réflexions et recommandations

À partir de la lecture des différentes contributions et des échanges particulièrement riches sur le thème du diagnostic des sites paléolithiques et mésolithiques, il nous paraît possible de proposer un certain nombre de recommandations. En premier lieu, il est utile de faire un rappel du décret sur l’archéologie préventive qui fixe les objectifs principaux du diagnostic. Il faut noter que le diagnostic est réalisé sous la forme «… d’études, prospections ou travaux de terrain… », même si dans la majorité des cas une approche intrusive est nécessaire, et cela encore plus en Préhistoire paléolithique-mésolithique car seule cette approche semble à même d’apporter des éléments d’information sur la taphonomie du site. L’autre facteur participant à ce cadre est celui des contraintes techniques imposées par la nature du projet d’aménagement.

0

La géoarchéologie appliquée au diagnostic des sites du Néolithique à nos jours : Introduction

La classique opposition du culturel au naturel n’est qu’apparente : l’archéozoologie fait autant une archéologie du culinaire que de l’élevage, la carpologie, la palynologie sont les piliers, entre autres, d’une archéologie de l’agriculture, etc. Quant à la géomorphologie, pratiquée dans le cadre d’une archéologie préventive qui permet un accès exceptionnel au sous-sol (grâce à la pratique systématique du sondage mécanique), elle est devenue l’un des moyens majeurs de compréhension de l’organisation des dépôts quaternaires, et par ce biais, de reconstitution de la genèse des reliefs et des paysages dans lesquels s’inscrivent les occupations humaines. Toutes ces spécialités contribuent donc à la connaissance globale d’un « environnement »…

0

Cartes de formations superficielles et de potentiel archéologique : exemples dans le nord de la France

L’archéologie et la géologie entretiennent des liens étroits. Outre une démarche stratigraphique commune, l’archéologue doit connaître l’histoire paléoenvironnementale et le cadre géologique de la région pour appréhender la taphonomie des vestiges et les interactions entre les sociétés passées et leur environnement. L’ensemble des données (stratigraphiques, morphologiques, hydrographiques, chronologiques…) peuvent être compilées sous la forme d’une carte des formations géologiques superficielles. Nous présentons deux exemples de ce type de représentation à grande échelle : sur une petite région (Lille) et sur une opération (Dourges) avec une démarche spécifique de collecte de données préalablement au diagnostic.

0

Un nouveau protocole de démarrage des diagnostics : une « fiche-type » géologique élaborée en amont

Pour les responsables d’opération et les spécialistes du paléoenvironnement (en particulier les géologues et géomorphologues), les diagnostics en cours de préparation à l’Inrap ne sont généralement pas connus suffisamment à l’avance. Une seule journée de préparation est parfois attribuée aux responsables d’opération, afin de récolter les données techniques préparatoires et de mettre en place l’opération de diagnostic. C’est souvent trop peu pour se préoccuper du milieu géologique dans lequel ils vont intervenir, la priorité étant accordée aux problèmes techniques et à la sécurité… Nous avons choisi de soumettre au collectif des géoarchéologues de l’Inrap un nouveau protocole de suivi à élaborer en amont des opérations de diagnostic.

0

Géoarchéologie et approches paléoenvironnementales en contexte préventif : la fouille de Port Ariane

Le Lez est un petit fleuve côtier d’une trentaine de kilomètres de long dont la plaine deltaïque s’étend depuis le sud de Montpellier jusque dans la lagune littorale du Méjean. La remontée marine postglaciaire (à partir de 18000-20000 BP) a conduit à un comblement important de l’ancien canyon pléistocène. Au niveau de Port Ariane, ce sont plus de 20 m de sédiments palustres et alluviaux qui se sont accumulés depuis le Tardiglaciaire. Dans ce cadre, les vestiges des occupations humaines successives ont été fossilisés et empilés les uns sur les autres. Après un diagnostic effectué en 1998, le site de Port Ariane a été fouillé en 1999 sur une surface de 3 ha et 5,00 m de profondeur, correspondant à l’emprise du bassin de plaisance.

0

Un début d’organisation des environnementalistes en Île-de-France

En Île-de-France, la réflexion a été orientée sur les moyens à mettre en œuvre afin de soulager les adjoints scientifiques et techniques et aider les responsables d’opération et les environnementalistes par la création d’un relais entre ces entités. En réalité, il n’y a aucun obstacle autre qu’organisationnel à un bon travail paléo-archéoenvironnemental. Le constat s’est fait à l’occasion d’un inventaire des prélèvements entreposés dans le centre de l’Inrap à Croissy-Beaubourg début 2004, et de la recherche de l’origine de ces prélèvements. En quelques années, l’étiquetage était même parfois devenu totalement incompréhensible. Ce travail a initié toute une réflexion à des fins pratiques mais aussi archéologiques : « Pourquoi garder ces sacs ? Quelle en est la problématique ? Y a-t-il une datation ? »

0

Le diagnostic archéologique paléolithique en domaine fluviatile : place des approches paléoenvironnementales

Le diagnostic archéologique pour le Paléolithique doit fournir les éléments permettant d’apprécier la présence ou non d’une occupation humaine. À ce stade du processus, l’intervention paléoenvironnementale occupe une place importante car elle doit : repérer les séquences sédimentaires potentiellement fossilifères ; prévoir les études environnementales nécessaires à la compréhension d’un site avant une éventuelle fouille.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search