Étiqueté : paléogéographie

0

Cartes de formations superficielles et de potentiel archéologique : exemples dans le nord de la France

L’archéologie et la géologie entretiennent des liens étroits. Outre une démarche stratigraphique commune, l’archéologue doit connaître l’histoire paléoenvironnementale et le cadre géologique de la région pour appréhender la taphonomie des vestiges et les interactions entre les sociétés passées et leur environnement. L’ensemble des données (stratigraphiques, morphologiques, hydrographiques, chronologiques…) peuvent être compilées sous la forme d’une carte des formations géologiques superficielles. Nous présentons deux exemples de ce type de représentation à grande échelle : sur une petite région (Lille) et sur une opération (Dourges) avec une démarche spécifique de collecte de données préalablement au diagnostic.

0

Géoarchéologie et approches paléoenvironnementales en contexte préventif : la fouille de Port Ariane

Le Lez est un petit fleuve côtier d’une trentaine de kilomètres de long dont la plaine deltaïque s’étend depuis le sud de Montpellier jusque dans la lagune littorale du Méjean. La remontée marine postglaciaire (à partir de 18000-20000 BP) a conduit à un comblement important de l’ancien canyon pléistocène. Au niveau de Port Ariane, ce sont plus de 20 m de sédiments palustres et alluviaux qui se sont accumulés depuis le Tardiglaciaire. Dans ce cadre, les vestiges des occupations humaines successives ont été fossilisés et empilés les uns sur les autres. Après un diagnostic effectué en 1998, le site de Port Ariane a été fouillé en 1999 sur une surface de 3 ha et 5,00 m de profondeur, correspondant à l’emprise du bassin de plaisance.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search