Étiqueté : palynologie

0

« L’occasion fait le larron » : pour une meilleure intégration du potentiel documentaire des diagnostics archéologiques « négatifs » réalisés en contexte de plaine alluviale

La phase de diagnostic est la première d’une intervention archéologique. Elle est primordiale pour les géoarchéologues car, en cas de non découverte de vestiges ou de structures archéologiques, elle constitue l’unique occasion d’accéder aux séquences stratigraphiques. Les secteurs de fond de vallée, par la puissance de leurs enregistrements sédimentaires et la bonne conservation des écofacts, sont des zones indispensables à la compréhension des évolutions morphosédimentaires et environnementales des bassins versants. Il convient de les considérer comme de véritables réservoirs d’informations sur les environnements du passé par le biais d’approches pluridisciplinaires (géoarchéologie, biomarqueurs…). Dans les secteurs de recherche à faible impact anthropique dit « hors sites », les travaux de reconstitution paléo-environnementales, géomorphologiques et chronostratigraphiques doivent être favorisés car ils constituent un atout fondamental pour comprendre les modalités et les contextes d’occupation des sites sur une plus large échelle, d’autant que la phase de diagnostic sera la seule à les explorer. Nous voudrions, par cet article, sensibiliser les acteurs de l’archéologie sur l’importance que revêtent les observations systématiques sur de telles zones lors de la phase de diagnostic et montrer le potentiel informatif important qui en découle par la présentation d’exemples, l’un au Grand-Duché de Luxembourg (vallée de la Moselle) et l’autre à Autrecourt-et-Pourron (Ardennes, France).

0

L’apport des puits aux études bio‐archéologiques : quelques exemples bretons

La fouille récente d’une douzaine de puits antiques sur des opérations Inrap en Bretagne est l’occasion de faire un retour d’expérience sur l’apport de nouvelles approches méthodologiques. La qualité de conservation des restes bioarchéologiques, ainsi que l’amplitude stratigraphique, constituent des arguments de poids pour le développement de ce type de fouilles manuelles et sécurisées. Celles‐ci autorisent de nombreux prélèvements au sein de structures archéologiques souvent difficilement accessibles. Depuis 2016, l’Inrap a mis en place une « Cellule d’Intervention sur les Structures Archéologiques Profondes » (CISAP) dans la continuité d’une activité développée par l’Association ArchéoPuits.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search