Étiqueté : photogrammétrie

La photogrammétrie permet de reconstituer et de mesurer une scène à partir de photographies prises depuis des points de vue différents. Cette technique, déjà ancienne, a été révolutionnée par les récents progrès de l’informatique. Parmi les produits de la photogrammétrie, on peut citer les orthophotographies, les modèles 3D texturés et les nuages de points. Ses avantages sont nombreux : une acquisition généralement rapide et du matériel léger permettant de relever des endroits parfois peu accessibles. Elle présente cependant quelques inconvénients, notamment une précision finale relativement variable, dépendant de la qualité des prises de vue. De plus, elle ne fonctionne pas directement sur des surfaces non texturées (verre, métal poli…) ; un défaut pouvant être pallié par la projection d’une lumière structurée. Dans le domaine de l’archéologie, cette technique est surtout utilisée pour l’étude du bâti. [http://www.tplm-3d.fr]

La tombe aristocratique gauloise de Warcq (Ardennes) : méthodes d’analyses des objets composites

La tombe aristocratique de Warcq (Ardennes), datée du milieu du IIe s. av. n. ère, constitue un ensemble exceptionnel et particulièrement atypique dans ce contexte chrono-culturel. Outre l’inhumation du défunt sur un char d’apparat à deux roues, orné de feuilles d’or, une véritable mise en scène funéraire apparaît également à travers la disposition de quatre chevaux.

0

Un espace urbain singulier : les abords de la cathédrale du Mans. Enjeux et méthodes

Cette présentation fait le bilan des multiples méthodes employées (photogrammétrie, lasergrammétrie, maquette numérique, anastylose…) pour garantir un enregistrement stratigraphique dans « les règles de l’art » et appréhender au mieux les questions volumétriques et les « emboîtements » stratigraphiques singuliers, présents dans un contexte fortement stratifié et monumental.

0

La photogrammétrie au service de l’étude d’un dolmen à couloir au Manémeur à Quiberon (56)

La modélisation 3D est encore peu utilisée dans le cadre des fouilles préventives en milieu rural, plus particulièrement pour les périodes anciennes. La structuration des sites préhistoriques se prête, à priori, assez mal à l’intégration de ces technologies dans les processus d’enregistrement ou d’études (absence d’élévation, structuration lâche ou extensive des sites). Le site funéraire néolithique du Manémeur (Quiberon) est un parfait contre-exemple de cet à priori…

0

Aux dimensions de l’image dans l’étude des représentations gravées néolithiques

En voulant témoigner des gravures qu’ils apercevaient sur les rochers, les stèles et les parois des tombeaux néolithiques de l’Europe occidentale, les premiers archéologues en recherche d’une représentation tentent de restituer la morphologie des supports par le jeu de la lumière sur le relief de la pierre. Mais par une volonté compréhensible de clarifier les tracés en éliminant le détail naturel, la troisième dimension va progressivement se perdre jusqu’à atteindre, dans la seconde moitié du XXe siècle, la stricte figuration d’un objet plan, gravure autonome, signe décontextualisé.

0

Toucher l’intangible : technologies additives pour l’archéologie

Actuellement, la fabrication additive est popularisée par l’impression 3D grand public et le prototypage rapide. Son application aux études patrimoniales a débuté avec la démocratisation des outils d’acquisition tels que la photogrammétrie, ou les scanners tridimensionnels permettant de générer simplement des modèles 3D.

0

Les nouvelles techniques de relevés appliquées à l’archéologie du bâti et à l’archéologie urbaine

Les technologies de relevé 3D font partie des nouveaux outils de l’archéologue, sur le terrain mais également en phase de post-fouille puis de restitution (communication, publication). Le recours à la photogrammétrie et/ou au scanner 3D s’avère utile, voire indispensable, dans des cas précis pour lesquels il est nécessaire d’adapter la méthodologie aux objectifs à atteindre. Le gain de temps dans l’acquisition des données est également très appréciable. Pour autant, ces nouvelles techniques ont leurs limites qu’il est primordial de connaître pour mener à bien une opération archéologique. Les résultats présentés ici proviennent de cas d’études récents et variés, menés en Bretagne et en Normandie : opérations archéologiques en milieu urbain, études de bâti, contextes complexes.

0

Vers la systématisation de l’enregistrement 3D en archéologie du bâti : usage et intégration de la photogrammétrie dans les opérations de bâti en Alsace

Le développement de l’usage de la photogrammétrie en archéologie amène à la systématisation de ce type d’enregistrement sur les opérations de diagnostics et de fouilles préventives.

0

LumRas de MicMac : une alternative aux techniques de RTI

La Reflectance Transformation Imaging (RTI) est un ensemble de techniques qui permet de visualiser les micro-reliefs présents à la surface de l’objet. Elle suscite un vif intérêt dans la communauté archéologique, plus particulièrement celles des épigraphistes, des numismates et des spécialistes de l’art pariétal.

0

Les statuettes gravettiennes d’Amiens-Renancourt 1 : numérisation, exploitation et apport de leur modélisation 3D par photogrammétrie

David Hérisson – CNRS – UMR 7041 ArScAn, équipe AnTET – david.herisson@cnrs.frClément Paris – Inrap Hauts-de-France – UMR 7041 ArScAn, équipe d’Éthnologie préhistorique – clement.paris@inrap.frÉmeline Deneuve – DRAC Nouvelle-Aquitaine – Service Régional de l’Archéologie...

0

L’apport de la photogrammétrie à l’étude des collections lapidaires médiévales. Les exemples du couvent du Bondon à Vannes et de la chapelle de Suscinio à Sarzeau (Morbihan)

Le recours à la photogrammétrie se révèle particulièrement utile dans le traitement du lapidaire, souvent délaissé car difficilement manipulable. Pour le couvent du Bondon à Vannes et la chapelle de Suscinio à Sarzeau (Morbihan), elle a permis l’établissement rapide de catalogues détaillés des blocs d’architecture…