Étiqueté : potentiel archéologique

0

Le diagnostic archéologique : un outil de recherche et de prospective en Eure-et-Loir

Depuis 2005, le Service d’archéologie préventive d’Eure-et-Loir a pris en charge près de 40 % des diagnostics prescrits sur le département. De la préparation des opérations à la diffusion des résultats, l’équipe d’archéologues place le diagnostic au cœur d’une démarche scientifique globale. Le séminaire de Caen était donc l’occasion de partager ces 13 années d’expérience et de pratique du diagnostic en collectivité territoriale. Après avoir brièvement exposé le cadre de cette pratique, l’accent est mis sur trois principaux axes de travail issus de la recherche conduite lors des diagnostics : la connaissance des contextes chrono-stratigraphiques à l’échelle du département, la modélisation de l’occupation des territoires, l’utilisation des données isolées dans des réflexions multiscalaires.

0

Cartes de formations superficielles et de potentiel archéologique : exemples dans le nord de la France

L’archéologie et la géologie entretiennent des liens étroits. Outre une démarche stratigraphique commune, l’archéologue doit connaître l’histoire paléoenvironnementale et le cadre géologique de la région pour appréhender la taphonomie des vestiges et les interactions entre les sociétés passées et leur environnement. L’ensemble des données (stratigraphiques, morphologiques, hydrographiques, chronologiques…) peuvent être compilées sous la forme d’une carte des formations géologiques superficielles. Nous présentons deux exemples de ce type de représentation à grande échelle : sur une petite région (Lille) et sur une opération (Dourges) avec une démarche spécifique de collecte de données préalablement au diagnostic.

0

Géomorphologie et diagnostic archéologique : un point de vue aquitain

Cet article se propose de décrire les principales missions du géomorphologue dans le cadre de son intervention lors des diagnostics archéologiques. Le point de vue développé ici a beaucoup bénéficié de discussions avec des responsables d’opération au cours d’une dizaine d’années de pratique. À ce titre, il reflète le fonctionnement en usage dans la région de l’Aquitaine. Le problème des « cartes de potentialités » est ensuite abordé à la lumière de quelques exemples récents de diagnostics sur de grands tracés linéaires. Pour finir, sont développés quelques aspects susceptibles de renforcer l’intérêt du travail de géomorphologie réalisé à l’Inrap.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search