Étiqueté : prélèvement

0

Contribution de la paléogénétique à l’archéologie

Cet article présente une courte introduction à la génétique et aux spécificités de la paléogénétique, un protocole pour le prélèvement et le stockage des ossements destinés à être analysés et un aperçu des avancées de la discipline qui enrichissent les connaissances de l’archéologie, en particulier lorsqu’un dialogue intense et fertile est établi entre archéologues et généticiens.

0

Apport et place de la xylologie en archéologie préventive

Les bois gorgé d’eau, mis au jour lors de fouilles archéologiques, conservent souvent leur forme et leur aspect d’origine. Matériau naturel utilisé par les hommes de toute époque, il permet d’entrevoir les environnements passés à travers ses caractéristiques écologiques (cernes de croissance, morphologie de la plante) et documente certaines pratiques anthropiques (récolte, façonnage, utilisation).

1

Archéobios : Archives biologiques et biomatériaux en contexte archéologique

L’école thématique Archéobios (I. Théry-Parisot et L. Gourichon, CEPAM-UMR 7264) a été conçue comme un trait d’union entre les archéologues et les spécialistes, souvent absents sur le terrain. Les restes biologiques sont des archives archéologiques au fort potentiel informatif dont les traces sont parfois ténues et fragiles. Leur étude répond à des exigences d’échantillonnage, de prélèvement, de conservation spécifiques à chaque matériau, et à des problématiques précises.

0

De l’intérêt d’aller au fond des puits : nouvelles méthodes et perspectives pour la bioarchéologie

Au-delà de la structure archéologique elle-même qui renseigne souvent l’origine de l’implantation, le puits forme un ensemble clos au sein duquel on retrouve des niveaux de fonctionnement directement liés à l’occupation du site, et des niveaux d’abandon. Il constitue un piège pour des apports tant anthropiques que naturels. La permanence potentielle de l’eau jusqu’à nos jours permet d’envisager une bonne conservation des matériaux organiques.

0

Standardiser les prélèvements des restes biologiques : une nécessité ou un luxe ? L’expérience des cousins belges

Confrontés à des prélèvements très disparates, souvent à vue, ou sans réelle question de recherche ainsi qu’à des méthodologies d’extraction très différentes, l’équipe d’archéosciences de l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique a décidé de rédiger un ouvrage visant à répondre aux questions des archéologues et à standardiser les processus d’échantillonnage afin de pouvoir disposer d’un matériel d’étude pertinent et cohérent.

0

L’enregistrement et le traitement des données bioarchéologiques dans Syslat

Créé dans les années 80 par Michel Py (CNRS) et l’équipe de fouilles de Lattes, le logiciel Syslat a été conçu comme un outil informatique de gestion et d’exploitation des données de fouille. Ce logiciel est en train d’évoluer vers un Système d’Information Archéologique (SIA), destiné à être adaptable à tous types de sites, de vestiges et à toutes périodes.

0

Du diagnostic à la fouille : le transfert de l’information

Depuis une dizaine d’années, le paysage de l’archéologie préventive a considérablement changé. Si, à une époque qui nous semble aujourd’hui révolue, la plupart des diagnostics dits « positifs » donnaient lieu à une fouille, ce n’est plus le cas désormais, et ceci est d’autant plus vrai pour les sites paléolithiques. Ce fait est dû à la multiplication des diagnostics et donc des découvertes, au coût des fouilles, à la régulation des prescriptions et à une politique de préservation des sites. L’opération de diagnostic est ainsi bien souvent la seule intervention que les archéologues feront sur un site et tient donc un rôle important dans le renouvellement des connaissances de notre discipline. Ce constat oblige à caractériser au mieux les sites dès la phase de diagnostic et à préserver un maximum d’informations afin que cette opération puisse apporter des données solides à la recherche paléolithique.

0

Un début d’organisation des environnementalistes en Île-de-France

En Île-de-France, la réflexion a été orientée sur les moyens à mettre en œuvre afin de soulager les adjoints scientifiques et techniques et aider les responsables d’opération et les environnementalistes par la création d’un relais entre ces entités. En réalité, il n’y a aucun obstacle autre qu’organisationnel à un bon travail paléo-archéoenvironnemental. Le constat s’est fait à l’occasion d’un inventaire des prélèvements entreposés dans le centre de l’Inrap à Croissy-Beaubourg début 2004, et de la recherche de l’origine de ces prélèvements. En quelques années, l’étiquetage était même parfois devenu totalement incompréhensible. Ce travail a initié toute une réflexion à des fins pratiques mais aussi archéologiques : « Pourquoi garder ces sacs ? Quelle en est la problématique ? Y a-t-il une datation ? »

0

La géoarchéologie appliquée au diagnostic des sites du Néolithique à nos jours : Réflexions et recommandations

Les débats se sont organisés autour d’une dizaine de communications, et la diversité des mots utilisés durant ces journées n’a, à aucun moment, été objet de discussions. Pourtant la lecture des contributions révèle une variabilité de termes. En dépit de la nécessité de disposer d’un vocabulaire scientifique univoque, les interrogations touchant à l’environnement, supposé naturel, peuvent être regroupées selon trois axes principaux : la caractérisation des séquences sédimentaires, l’évolution des reliefs dans le temps, l’analyse des sols associés et la compréhension des processus « post-dépositionels » (taphonomie) ; la définition d’un paysage et l’analyse de son exploitation ; la caractérisation des comblements de structure.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search