Étiqueté : prélèvement

0

Contribution de la paléogénétique à l’archéologie

La paléogénétique, c’est-à-dire l’analyse génétique de l’ADN préservé dans les vestiges biologiques du passé, principalement os et dents, a ouvert de nouvelles perspectives en archéologie. Cette alliée de poids apporte des informations qui ne sont pas accessibles par d’autres approches et contribue à une meilleure compréhension des sites archéologiques et des sociétés du passé, concernant entre autres migrations et métissages, domestication des animaux et des plantes, effets de l’action humaine sur les populations animales et végétales sauvages. Cet article présente une courte introduction à la génétique et aux spécificités de la paléogénétique, un protocole pour le prélèvement et le stockage des ossements destinés à être analysés et un aperçu des avancées de la discipline qui enrichissent les connaissances de l’archéologie, en particulier lorsqu’un dialogue intense et fertile est établi entre archéologues et généticiens.

0

Standardiser les prélèvements des restes biologiques : une nécessité ou un luxe ? L’expérience des cousins belges

Sur un chantier de fouille, l’archéologue est très fréquemment confronté à des vestiges organiques, ou biorestes. Qu’ils soient visibles ou invisibles, rares ou abondants, ils sont souvent source de questionnements : Que prélever ? Où, comment et en quelle quantité ? Quelles sont les conditions de stockage idéales ? Quelle est la marche à suivre pour tamiser les sédiments ? Confrontés à des prélèvements très disparates, souvent à vue, ou sans réelle question de recherche ainsi qu’à des méthodologies d’extraction très différentes, l’équipe d’archéosciences de l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique a décidé de rédiger un ouvrage visant à répondre aux questions des archéologues et à standardiser les processus d’échantillonnage afin de pouvoir disposer d’un matériel d’étude pertinent et cohérent.

0

Du diagnostic à la fouille : le transfert de l’information

Depuis une dizaine d’années, le paysage de l’archéologie préventive a considérablement changé. Si, à une époque qui nous semble aujourd’hui révolue, la plupart des diagnostics dits « positifs » donnaient lieu à une fouille, ce n’est plus le cas désormais, et ceci est d’autant plus vrai pour les sites paléolithiques. Ce fait est dû à la multiplication des diagnostics et donc des découvertes, au coût des fouilles, à la régulation des prescriptions et à une politique de préservation des sites. L’opération de diagnostic est ainsi bien souvent la seule intervention que les archéologues feront sur un site et tient donc un rôle important dans le renouvellement des connaissances de notre discipline. Ce constat oblige à caractériser au mieux les sites dès la phase de diagnostic et à préserver un maximum d’informations afin que cette opération puisse apporter des données solides à la recherche paléolithique.

0

La géoarchéologie appliquée au diagnostic des sites du Néolithique à nos jours : Réflexions et recommandations

Les débats se sont organisés autour d’une dizaine de communications, et la diversité des mots utilisés durant ces journées n’a, à aucun moment, été objet de discussions. Pourtant la lecture des contributions révèle une variabilité de termes. En dépit de la nécessité de disposer d’un vocabulaire scientifique univoque, les interrogations touchant à l’environnement, supposé naturel, peuvent être regroupées selon trois axes principaux : la caractérisation des séquences sédimentaires, l’évolution des reliefs dans le temps, l’analyse des sols associés et la compréhension des processus « post-dépositionels » (taphonomie) ; la définition d’un paysage et l’analyse de son exploitation ; la caractérisation des comblements de structure.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search