Étiqueté : puits

1

Potentiel bioarchéologique des micro-fossiles non-polliniques en archéologie préventive

Les micro‐fossiles non polliniques (MNP) constituent un vaste groupe de bioindicateurs (propagules ou forme de résistance, entre autres) issus de différents organismes (champignons, algues, plancton, bactérie, animaux, végétaux etc.). Si leur analyse est désormais fréquente dans les études palynologiques menées dans les milieux naturels (lacs ou zones humides), les MNP sont encore peu exploités en contexte archéologique. Leur potentiel bioarchéologique reste à évaluer mais l’enjeu est grand tant les informations qu’ils peuvent apporter sont nombreuses aussi bien sur le plan paléoenvironnemental que paléoécologique, géoarchéologique ou taphonomique. L’éventail de sites et de structures offert par les opérations d’archéologie préventive constitue le cadre idéal pour démarrer cette évaluation.

0

L’apport des puits aux études bio‐archéologiques : quelques exemples bretons

La fouille récente d’une douzaine de puits antiques sur des opérations Inrap en Bretagne est l’occasion de faire un retour d’expérience sur l’apport de nouvelles approches méthodologiques. La qualité de conservation des restes bioarchéologiques, ainsi que l’amplitude stratigraphique, constituent des arguments de poids pour le développement de ce type de fouilles manuelles et sécurisées. Celles‐ci autorisent de nombreux prélèvements au sein de structures archéologiques souvent difficilement accessibles. Depuis 2016, l’Inrap a mis en place une « Cellule d’Intervention sur les Structures Archéologiques Profondes » (CISAP) dans la continuité d’une activité développée par l’Association ArchéoPuits.

0

De l’intérêt d’aller au fond des puits : nouvelles méthodes et perspectives pour la bioarchéologie

Le puits se distinguent au sein d’un site archéologique par son caractère particulièrement profond au regard des autres vestiges mis au jour à proximité. Au-delà de la structure archéologique elle-même qui renseigne souvent l’origine de l’implantation, il forme un ensemble clos au sein duquel on retrouve des niveaux de fonctionnement directement liés à l’occupation du site, et des niveaux d’abandon. Il constitue dans tous les cas un piège pour des apports tant anthropiques que naturels. La permanence potentielle de l’eau jusqu’à nos jours permet d’envisager une bonne conservation des matériaux organiques ce qui fait de ce type de structures un milieu privilégié pour la découverte de nombreux vestiges et en tout premier lieu les macro et micro-restes bioarchéologiques.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search