Étiqueté : structure funéraire

0

La détection des structures funéraires liées à la crémation

Nous proposons une approche thématique qui met en relief les problèmes spécifiques à la détection des ensembles funéraires à incinération. En effet, la pérennité de la crémation, déjà connue au Mésolithique et en vigueur dans certaines régions tout au long des âges des Métaux jusqu’à la période gallo-romaine, multiplie les occasions de se confronter à cette documentation archéologique. Par ailleurs, elle pose des difficultés d’identification qui, dès la phase du diagnostic, compliquent la caractérisation des structures et, en tout premier lieu, leur détection. Aussi sera-t-il question de la nature des indices disponibles puis de l’analyse de cinq cas significatifs examinés selon une même procédure.

0

Le cimetière du Mouraut au Vernet

Le site se trouve sur la rive droite de l’Ariège dans un contexte de basse plaine. Le diagnostic a permis l’identification de 31 sépultures. L’ouverture d’une longue tranchée et de fenêtres a permis d’envisager la densité du cimetière avec un individu pour deux mètres carrés sur une surface sensible de 4 075 m2. Les bouleversements intégraux ou partiels de certaines tombes ramenaient un nombre de tombes à fouiller de 1 500 individus, dans l’hypothèse de plusieurs couches sépulcrales, et l’estimation la plus basse était de 600 individus. L’opération de fouille a révélé 316 tombes organisées « en rangées » successives sur une terrasse fluviatile émergente dans une zone marécageuse. Il semble qu’un chemin ait divisé la zone funéraire en deux parties. La partie occidentale est occupée du Ve s. jusqu’au VIIIe ou IXe s., la zone orientale n’étant lieu d’inhumation que durant la période carolingienne.

0

La nécropole antique d’Évreux

La nécropole antique d’Évreux (Eure) est connue depuis le XIXe s. par de nombreuses découvertes ponctuelles, réalisées lors de travaux de constructions et d’aménagements. Il existe de nombreuses mentions concernant la découverte dans ce secteur d’urnes funéraires, de sarcophages, de monnaies…, mais aucun descriptif précis des structures. Les découvertes ponctuelles permettaient de dater les sépultures du Ier au IVe s. ap. J.-C. Il s’agit d’un quartier d’Évreux actuellement très urbanisé et aucune fouille n’avait été effectuée sur cette nécropole dont les limites et la localisation précise n’étaient pas connues. Le diagnostic devait déterminer si cette parcelle était à l’emplacement de la nécropole, le degré de conservation des vestiges et le potentiel archéologique.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search