Étiqueté : tombe

1

Potentiel bioarchéologique des micro-fossiles non-polliniques en archéologie préventive

Les micro‐fossiles non polliniques (MNP) constituent un vaste groupe de bioindicateurs (propagules ou forme de résistance, entre autres) issus de différents organismes (champignons, algues, plancton, bactérie, animaux, végétaux etc.). Si leur analyse est désormais fréquente dans les études palynologiques menées dans les milieux naturels (lacs ou zones humides), les MNP sont encore peu exploités en contexte archéologique. Leur potentiel bioarchéologique reste à évaluer mais l’enjeu est grand tant les informations qu’ils peuvent apporter sont nombreuses aussi bien sur le plan paléoenvironnemental que paléoécologique, géoarchéologique ou taphonomique. L’éventail de sites et de structures offert par les opérations d’archéologie préventive constitue le cadre idéal pour démarrer cette évaluation.

0

Le cimetière du Mouraut au Vernet

Le site se trouve sur la rive droite de l’Ariège dans un contexte de basse plaine. Le diagnostic a permis l’identification de 31 sépultures. L’ouverture d’une longue tranchée et de fenêtres a permis d’envisager la densité du cimetière avec un individu pour deux mètres carrés sur une surface sensible de 4 075 m2. Les bouleversements intégraux ou partiels de certaines tombes ramenaient un nombre de tombes à fouiller de 1 500 individus, dans l’hypothèse de plusieurs couches sépulcrales, et l’estimation la plus basse était de 600 individus. L’opération de fouille a révélé 316 tombes organisées « en rangées » successives sur une terrasse fluviatile émergente dans une zone marécageuse. Il semble qu’un chemin ait divisé la zone funéraire en deux parties. La partie occidentale est occupée du Ve s. jusqu’au VIIIe ou IXe s., la zone orientale n’étant lieu d’inhumation que durant la période carolingienne.

0

Le cimetière Saint-Michel de Toulouse

La construction de la ligne B du métro de Toulouse a nécessité plusieurs opérations d’archéologie préventive dont la future station « Palais de Justice ». Les prescriptions du SRA concernaient un cimetière médiéval et moderne avec une partie de l’église Saint-Michel, au voisinage de la voie narbonnaise antique. Aucun diagnostic n’a été effectué avant la fouille. L’église fut construite après 1331 dans le cimetière. En 1991, une fouille avait permis la mise au jour de plusieurs tombes sur la place Feuga. Deux autres interventions effectuées dans l’actuelle Cité judiciaire, en 1999 et 2002, ont également révélé plusieurs tombes médiévales. Les liens topographiques et chronologiques éventuels du cimetière avec ces zones sépulcrales suburbaines constituaient les principaux enjeux de cette opération.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search