Étiqueté : topographie

0

Le rôle de l’adjoint scientifique et technique : concevoir le projet de diagnostic

La conception d’un projet de diagnostic archéologique sur une ou plusieurs parcelles susceptibles de renfermer des vestiges paléolithiques doit prendre plusieurs paramètres en considération : la profondeur des vestiges, leur conservation, leur caractérisation, la géométrie de leur répartition. La cote de profondeur du projet de l’aménageur est un filtre qui constitue la variable de réglage des sondages. Les sites paléolithiques ont une tendance, fâcheuse, à l’enfouissement profond. D’un point de vue général, il est recommandé de reconnaître l’épaisseur totale de la séquence et d’atteindre le substrat géologique stérile en matière d’anthropisation potentielle (ante-Pléistocène).

0

Du diagnostic à la fouille : le transfert de l’information

Depuis une dizaine d’années, le paysage de l’archéologie préventive a considérablement changé. Si, à une époque qui nous semble aujourd’hui révolue, la plupart des diagnostics dits « positifs » donnaient lieu à une fouille, ce n’est plus le cas désormais, et ceci est d’autant plus vrai pour les sites paléolithiques. Ce fait est dû à la multiplication des diagnostics et donc des découvertes, au coût des fouilles, à la régulation des prescriptions et à une politique de préservation des sites. L’opération de diagnostic est ainsi bien souvent la seule intervention que les archéologues feront sur un site et tient donc un rôle important dans le renouvellement des connaissances de notre discipline. Ce constat oblige à caractériser au mieux les sites dès la phase de diagnostic et à préserver un maximum d’informations afin que cette opération puisse apporter des données solides à la recherche paléolithique.

0

Géomorphologie et diagnostic archéologique : un point de vue aquitain

Cet article se propose de décrire les principales missions du géomorphologue dans le cadre de son intervention lors des diagnostics archéologiques. Le point de vue développé ici a beaucoup bénéficié de discussions avec des responsables d’opération au cours d’une dizaine d’années de pratique. À ce titre, il reflète le fonctionnement en usage dans la région de l’Aquitaine. Le problème des « cartes de potentialités » est ensuite abordé à la lumière de quelques exemples récents de diagnostics sur de grands tracés linéaires. Pour finir, sont développés quelques aspects susceptibles de renforcer l’intérêt du travail de géomorphologie réalisé à l’Inrap.

0

L’apport de la géoarchéologie lors du diagnostic pour la région Rhône-Alpes

La région Rhône-Alpes est marquée dès les années 1980 par l’intervention de géomorphologues. Ils sont progressivement intégrés dans les grosses opérations de fouilles préventives et se professionnalisent. Mais les diagnostics ne sont véritablement visités par les géomorphologues que dans les années 1990. Le travail consiste alors à identifier le substrat, c’est-à-dire le terrain à partir duquel le potentiel archéologique devient faible ou nul, et à participer à la lecture stratigraphique lorsque celle-ci associe niveau d’occupation et dépôt naturel. Les sondages négatifs sont aussi visités dans la mesure où ils alimentent le questionnement géoarchéologique.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search